Le Docteur Etienne De Greeff

Le docteur Etienne De Greeff est né à Tournai le 28 octobre 1898. Sa mère était originaire de la région ; son père venait du Brabant flamand. Etienne devait succéder à son père, agriculteur ; mais sa mère put convaincre son mari d’envoyer leur fils à l’internat du Collège Notre-Dame de la Tombe, à Kain, où il effectua ses études secondaires. Il commença ensuite des études de médecine à Louvain où il obtint son diplôme de docteur en médecine en 1924, après un stage en psychiatrie chez le professeur Fernand d’Hollander dont il devint le premier adjoint dans la nouvelle clinique psychiatrique Salve Mater à Lovenjoel près de Louvain. Il y travaillera 20 ans.

 

Dans la ligne de ses recherches et de son expérience en criminologie clinique, Etienne De Greeff, psychiatre, fonde au début des années 1930 l’École de Criminologie clinique au sein de la Faculté de Droit de l’UCL, première université à décerner un doctorat en criminologie. Il étudie et publie de nombreux articles sur la personnalité des criminels et les processus criminogènes.

 

Après la guerre 1940-1945, il est nommé médecin-chef d’une institution psychiatrique à Kortenberg, entre Louvain et Bruxelles. Il y travaillera jusqu’à sa mort, en 1961.

 

En 1950, il remporte un succès extraordinaire lors d’un congrès de criminologie à Paris. Il est nommé membre de la direction de la Société internationale de Criminologie et peu après, président de la commission scientifique de la même organisation. Il est mondialement connu pour ses idées et ses publications dans le domaine de la criminologie.

 

L’œuvre qu’il a léguée est impressionnante par le nombre de livres et d’articles, mais aussi par sa diversité. En effet, s’il a commencé par écrire une « Introduction à la criminologie » (1937), il poursuit, juste après la guerre, par des romans dont le plus célèbre est « La nuit est ma lumière » qui connaît un succès énorme avec six rééditions et des traductions en cinq langues. Il s’agit de l’histoire de la fille aînée d’un médecin généraliste, atteinte de schizophrénie.

 

Cinquante ans après sa mort, les écrits d’Etienne De Greeff restent étonnamment actuels et l’ensemble de son œuvre présente un intérêt historique, dont l’originalité se situe dans une recherche permanente du sens et de la signification de l’homme et de son destin. Il est question de l’humain en général avec toutefois un intérêt particulier pour les problèmes d’ordre psychiatrique et les actes criminels.

 

 

 

Les propos qui précèdent sont extraits essentiellement d’un article de Joris CASSELMAN, professeur émérite de la KUL, paru dans la revue AMA CONTACTS (en avril 2011). Cet article résume le livre très important et fouillé qu’il a publié sur le Dr Etienne DE GREEFF. [1]



[1]CASSELMAN Joris, Etienne DE GREEFF - 1898-1961 Psychiater, criminoloog en romanschrijver. Leven, werk en huidige betekenis, Antwerpen / Apeldoorn, Maklu 2010)

Centre Dr Etienne De Greeff

27 Avenue de Boetendael

1180 Bruxelles

 

Tel : 0485/ 20 19 82

Fax : 02/ 431 76 82

 

centredegreeff@gmail.com